La population de la France était estimée au 1er janvier 2010 à 64,7 millions d'habitants, comptant 346.000 personnes supplémentaires depuis un an, soit une petite progression de 0,5%. C’est ce qu’annonçaient en boucle tous les titres de presse le 19 janvier dernier, reprenant les informations de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques).

Le lecteur avisé alla donc vérifier ces chiffres sur le site de l’INSEE. Et là, quelle ne fut pas sa surprise en s’apercevant que cette nouvelle (après tout, le recensement en continu est une nouveauté de taille) n’apparaissait pas sur la page d’accueil du site officiel. Et une navigation approfondie n’arrangeait rien à l’affaire. En fouillant, on y trouve les chiffres par département ou région (à l’internaute de faire ses calculs pour obtenir la population française dans son ensemble), des chiffres des recensements précédents cachés dans une sous-rubrique, des tableaux excel obscurs expliquant (à peu près) la méthodologie… Mais rien sur cette information essentielle, pas un encart dédié, pas une animation flash qui attire immédiatement l’internaute, rien.

L’INSEE commet là une erreur stratégique. Quelle valeur donner à des chiffres « officiels », lorsqu’on ne les trouve nulle part sur le site où ils devraient apparaître ? Quelle confiance accorder à un institut, qui, en ne respectant aucune des sacro-saintes règles du web, nuit à sa crédibilité, et à sa visibilité ?

Un site doit premièrement présenter et mettre en valeur un produit, ou une information : le nombre de Français par exemple, ce pour quoi le grand public connaît l’INSEE ! Un graphisme adapté est toujours agréable… La navigation dans le site doit se faire de manière intuitive, une bonne réflexion est donc à prévoir sur papier auparavant pour établir le plan du site (quelles sont les rubriques, comment organiser l'information, où inclure le moteur de recherche interne...). Cela aussi, les web designers de l’INSEE semblent l’avoir oublié. Un bon référencement est la base de la visibilité : lorsqu’on tape sur Google, au hasard, « nombre de français en France », l’INSEE n’apparaît même pas sur la première page de résultats. Si l’on tape « population française », il arrive en quatrième position, avec les résultats du recensement de …2004 !

Être présent sur la toile est devenu un véritable enjeu, que ce soit pour les institutions ou les entreprises. Le Web procure une vitrine, de la visibilité, mais pas seulement. C’est devenu le réflexe informatif numéro un d’une majeure partie des Français. Lorsque son rôle est de délivrer cette information, une entreprise, une institution, ne doit pas - ne peut pas- négliger un tel medium.